La sortie de Carnaval

 

 

Carnaval, carnaval, mot magique.

Il résonne joyeusement de Rio à Cologne, en passant par Nice et Binche. Dans notre contrée, il s'illustre surtout à Malmedy, pays de la Haguette.
Pour le Stavelotain, ce n'est plus qu'un grand prélude à son grand carnaval à lui, le Laetare. C'est, sans doute, pour se défouler, à leur tour, que les Blancs Moussis revêtent ce jour là leur blanc uniforme ...

La sortie consiste à se former en petits groupes de 6 à 8 Blancs Moussis, en une seule file, de suivre une personne, d'imiter parfaitement tous ses faits et gestes et surtout de grogner fort, beaucoup et souvent. En principe, l'on "pêche" le suivi lors de la sortie de la grand-messe dominicale mais n'importe quel passant, déambulant dans le centre ville peut servir de cible.

Il est d'ailleurs amusant d'observer, à la sortie de l'église de Stavelot, un jour de carnaval, les groupes de Blancs Moussis qui se battent la semelle et agitent leur cape pour se réchauffer dans l'attente de l'apparition des paroissiens.

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien souvent le "suivi" joue le jeu et complique ainsi les limitations des comparses : cela peut aller du déchaussement, en passant par l'escalade d'un monument quelconque. On se souvient encore, dans le rivage, d'une bande de 25 Blancs Moussis traversant l'Amblève sur le garde-fou du pont ...

Le scénario final est traditionnel : lorsque l'heureux élu des émissaires de la Confrérie estime que ces derniers ont bien rempli leur rôle, il les ramène chez lui ou, plus prosaïquement, vers le bistrot voisin ! Là, à l'abri des regards, la tournée générale est de rigueur, les masques se lèvent et les rires éclatent. Puis, l'heure du déjeuner ayant sonné pour beaucoup, le passant se faissant rare, ce sont les habitants de Stavelot - souvent des commerçants- qui reçoivent la visite de ces bandes errantes. Bien qu'il existe, en principe, une heure limite de rentrée, le Chapitre fait confiance à tous le monde à ce sujet. Il faut néanmoins ajouter qu'il est formellement interdit, sous peine d'exclusion immédiate, de quitter Stavelot en uniforme. Pas question donc d'espérer rencontrer, ce jour-là un Blanc Moussi à Malmedy, Spa ou Trois-Ponts !

La sortie de carnaval est obligatoire pour les nouveaux Blancs Moussis - les bleus. Elle sert de rodage, en quelque sorte, au grand défilé qui aura lieu quelques semaines plus tard. Pour beaucoup de Blancs Moussis, le jour du carnaval a donc été celui où ils ont endossé, pour la première fois, leur uniforme. C'est sans doute la raison de l'attachement des membres de la Confrérie à cette tradition.