Le Blanc Moussi : Un personnage énigmatique et frondeur

Le personnage

 

 

 

Le Blanc Moussi - en langue wallonne " Blanc-Moussî " signifie " habillé de blanc " - saisit par la blancheur étincelante de    son uniforme lequel est rehaussé d’un masque au long nez rouge.  A cette image, il faut ajouter un son volontairement neutre et indistinct.  Le Blanc Moussi ne parle pas, il grogne !  Il émet une espèce de Wah-Wah guttural.  Ce travesti procure ainsi l’anonymat à celui qui le porte, fait disparaître les particularités et incorpore l’individu à un groupe.

Au-delà de l’apparence, le Blanc Moussi possède aussi un caractère.  Il est frondeur satirique et amuseur.  Son but, dans le cortège, est de faire participer les spectateurs, d’engendrer chez eux une réaction, bref de les intégrer à la fête.  Pour y parvenir, il est volontiers provocateur.  A la taille, il porte un sac de confettis qu’il lance à profusion dans la foule, tandis que de l’autre main il taquine ses victimes amusées avec des vessies de porc gonflées.

Pour l’aider dans son rôle durant le cortège, le Blanc Moussi s’est entouré de pêcheurs, de géants, de colleurs d’affiches, de porteurs de ramons et de chars souffleurs de confettis.

Les pêcheurs font pendre au bout de leur ligne un hareng saur qu’ils glissent sur les chevelures des spectatrices provoquant force cris et éclats de rire.

Les colleurs d’affiches apposent sur les façades des placards satiriques rappelant tel ou tel événement ou soulignant un trait de caractère ou une anecdote de la vie de l’un ou l’autre Stavelotain.

Le rôle originel des ramons - balais au long manche - est de décoiffer les messieurs ainsi que de taquiner les spectateurs en sécurité à leur fenêtre.  De nos jours, ils constituent aussi l’avant-garde des chars souffleurs de confettis pour lesquels ils leur arrivent de bloquer une fenêtre en position ouverte.